www.reeducationgenou.com
www.reeducationgenou.com

La rotule

La rotule douloureuse ou instable

Page mise à jour le 24 / 07 / 2017.

 

Discussion et banalités...

 

Je dis bien "approche rééducative" car un bon bilan donnera une rééducation simple. 

Dans les publications on parle de douleur antérieure de genou (anterior knee pain). Parfois il y a un problème associé à d'autres étages par exemple la cheville ou le pied.

On estime selon les publications à 50 causes pour avoir possiblement une douleur antérieure du genou. Le pied (plat, creux, cheville instable), la hanche (déficit de force des abducteurs rotateurs de hanche), les muscles dont le quadriceps (contraction difficile du vaste médial) ou participation trop intense du muscle externe ( = vaste latéral) et toutes les conséquences des malpositions anatomiques ou dysplasies.

Toutes les rééducations du genou rotulien ne doivent pas se focaliser sur le renforcement du quadriceps. Les ordonnances « vaste interne » et «renforcement isométrique du quadriceps » font encore partie du lot des prescriptions mais sont trop imprécises et oublient les stabilisateurs latéraux de la hanche.

Ces ordonnances laissent pourtant la part belle au bilan kinésithérapique pour orienter la rééducation des différents types de syndromes rotuliens. A un moment il faudra bien sûr le renforcer ce quadriceps dont on sait qu'il intervient notablement quand on parle de rotule douloureuse. Il faut juste savoir QUAND et COMMENT renforcer ce muscle.

Certainement pas en mettant des charges accrochées aux pieds... On en reparle plus bas.

 

La prévention commence avec les tout-petits

ne pas les laisser s'assoir en W

Syndrome quoi ?

 

Le syndrome rotulien ou syndrome fémoro patellaire est un ensemble de signes cliniques et douloureux décrits par le patients.

 

Typiquement on retrouve surtout le signe du cinéma (ou du canapé) : toute position assise prolongée fait une douleur rotulienne dans cette position et quand on retend le genou.

 

Parfois il s'agit d'une rotule "forcée" après un mécanisme de chute ou de pratique sportive exagérée (semaine de ski, semaine de balade en montagne surtout en descente,etc...).

 

On trouve également des douleurs sur le bord externe de la rotule mais c'est assez variable.

 

Les craquements ou crépitements sont aussi dans la description habituelle mais ils ne sont pas toujours un facteur aggravant du syndrome rotulien.

 

Ces douleurs sont en général en barre verticale le long du bord interne de la rotule et plus ou moins en barre horizontale sous la rotule et dans les creux autour de sa pointe inférieure. Parfois tout le pourtour de la rotule est sensible à la pression traduisant une "inflammation locale".

 

La douleur horizontale sous la rotule existe aussi et il faudra s'intéresser alors à la mobilité entre le femur et le tibia ainsi qu'à la graisse de Hoffa

 

Il peut aussi exister des lâchages avec le genou qui lâche lors d'accrochages rotuliens, et pourquoi pas sur les ligamentoplasties à un syndrome du cyclope.

 

Pour simplifier ou anticiper les réponses données à mes patients je dis que tout problème de membre inférieur peut à un moment donner des douleurs de rotule et générer un syndrome rotulien temporaire. La douleur du bord externe de la rotule tient plus de l'instabilité et des facteurs majorant "l'angle Q" que de la musculation.

 

Quels sont les différents types de rotules douloureuses :

  • la trochlée dysplasique : c'est la rotule que le radiologue décrit comme mal configurée ou orientée

  • la rotule instable (un ou plusieurs épisodes de luxation) ou presque instable (hauts grades de dysplasie)

  • la rotule de l’adolescente : croissance, prise de poids, regard de l'autre, raideur musculaire

  • la rotule après une chirurgie du genou ou un choc direct

  • la rotule "forcée" après un effort intense

  • la rotule douloureuse sur un genou en recurvatum (=hyperextension++, engagement rotulien...)

  • La rotule du marathonien 

  • Finalement on pourrait en mettre des pages !!!

Avant toute discussion, quelques vérités et ce que disent les publications basées sur les preuves

  • le syndrome rotulien est souvent chronique : on s'améliore puis ça revient un peu alors on muscle de nouveau
  • l'horizontalité du bassin est un paramètre essentiel lors de la marche, la course et l'appui sur une jambe. c'est un critère essentiel de détection voire le point essentiel du bilan
  • les étirements : ils sont décrits dans beaucoup de protocoles mais pas toujours justifiés après le bilan kinésithérapique. c'est au cas par cas. 
  • le vaste interne ne peut être spécifiquement stimulé : ni par la contraction volontaire ni par électrostimulation. cependant ce vaste interne est un coquin : un petit gonflement du genou et il est inhibé! une rotule dysplasique et on le trouve moins efficace car il descend anatomiquement moins bas sur la rotule!
  • l' électrostimulation antalgique de type TENS n'a pas prouvé son efficacité ni sa validité. on peut donc s'en passer.
Version imprimable Version imprimable | Plan du site
© www.reeducationgenou.com